Vendée Globe ; Alex Thomson, Hugo Boss, troisième !

par Team Sports Vendée.fr  -  30 Janvier 2013, 11:04  -  #VENDÉE GLOBE

P1020618.JPG 

Alex Thomson a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe à 08h 25mn 43s, heure française. Il finit à 2 jours 17 heures et 07 minutes de François Gabart.

Son temps de course est de 80j 19h 23mn 43s. Sa vitesse moyenne sur le parcours aura été de 12,6 nœuds. Il aura parcouru 28 022 milles sur l’eau à la vitesse moyenne de 14,4 nœuds. Rappel : la distance théorique du parcours était de 24 394 milles.

Good game, Mister Alex

Alex Thomson n’a eu de cesse de le répéter. Son premier objectif était de terminer ce Vendée Globe. En bouclant son tour du monde en troisième position, le skipper d’Hugo Boss brise la malédiction qui l’avait accompagné lors des précédentes éditions. Sa place sur le podium montre aussi que le navigateur britannique n’a rien perdu de sa combativité.

P1020597.JPG

En mode régate

Malgré le rythme imposé par les leaders de la  course, Alex Thomson démontre qu’il n’entend pas jeter sa part aux chiens. Toujours aux avant-postes, il pointe en tête des voiliers « d’ancienne génération », menant son Hugo Boss à une allure soutenue. Preuve qu’Alex est pleinement entré dans sa régate, la réclamation qu’il dépose contre certains concurrents pour ne pas avoir respecté les instructions de course concernant le dispositif de séparation du trafic du cap Finisterre. La procédure, confirmée par le comité de course, n’a pas toujours été parfaitement comprise mais elle est totalement légitime. Il reste qu’Alex va devoir attendre pour se débarrasser de l’image du mouton noir aux yeux d’une partie du public.

virbac-paprec

Jean-Pierre Dick : une question d’équilibre

Demain matin, Jean-Pierre prendra sa décision. Celle de continuer jusqu’aux Sables, ou celle de se mettre à l’abri en attendant une ouverture plus favorable pour traverser le golfe de Gascogne et atteindre la ligne d’arrivée. Car, dès vendredi matin, une grosse dépression pointe le bout de son nez au large de la Vendée, avec au menu des conditions explosives : 40 noeuds de vent et des creux de 5 mètres. Le skipper de Virbac Paprec 3 travaille en ce moment sur toutes les données météo pour « se jeter à l’eau… ou pas »

© photos teamsportvendee.fr E-B