PRB a heurté un objet flottant cette nuit, une tonne de port (grosse bouée métallique) - Dégâts à l'avant sur le côté tribord du bateau - Vincent n'est pas blessé !

par Team Sports Vendée.fr  -  24 Novembre 2012, 12:11  -  #VENDÉE GLOBE

coque-prb-vincent-riou-gros-degats.jpg 
7h00 ce matin, Vincent Riou prévenait son équipe à terre suite à une collision avec un objet flottant. Le skipper qui était à la table à table à cartes au moment des faits a pu sortir immédiatement après le choc et voir que l’objet qui venait de heurter PRB était une tonne de port (grosse bouée métallique). Suite à ce choc, Vincent a pu constater que la coque de son bateau était déchirée et délaminée sur environ un mètre. Le côté touché est le côté tribord du bateau et la partie déchirée se situe à trois mètres de l’étrave. Vincent n’a pas été blessé dans ce choc. Il attend le lever du jour pour évaluer les dégâts et envisager la possibilité d’une réparation. Les conditions sur zone sont bonnes, le vent souffle entre 12 et 15 nœuds. Au moment du choc, Vincent a immédiatement appelé la direction de course pour pouvoir signaler la position de cet objet flottant aux autres concurrents.
Vendee-Globe-2012-teamsportvendee-E-B--73-.JPG 
Vincent vient d’envoyer la première photo des dégâts sur la coque de PRB suite à la collision de ce matin. La déchirure sur la coque est longue d’environ 1.20 mètres et la zone délaminée est de 1m². Le skipper de PRB est actuellement en train d’étudier toutes les possibilités envisageables pour réparer et poursuivre son tour du monde. Il navigue à vitesse réduite au portant (5 nœuds environ).
Vincent Riou
Vincent nous explique la situation : "Lorsque le bateau est gité à 20°, la déchirure se situe au niveau de la flottaison. Ma priorité est de trouver les moyens de faire une réparation solide et de poursuivre ce Vendée Globe en toute sécurité. J’ai besoin d’avoir l’assurance d’aborder les mers du Sud en totale confiance par rapport à mon bateau. La situation est vraiment délicate car je n’ai pas de terre à proximité pour pouvoir m’abriter pour effectuer cette réparation plus facilement. C’est réparable mais dans quelles conditions et avec quelles prises de risques sachant que je dois aller faire le tour de l’Antarctique. C’est ce que je suis en train d’évaluer actuellement".