côte ibérique pour certains et pour les autres les Cargos à gogo !

par Team Sports Vendée.fr  -  12 Novembre 2012, 10:11  -  #VENDÉE GLOBE

Vendee-Globe-2012-teamsportvendee-E-B--71-.JPG

Avec un Golfe avalé à vitesse grand V et une descente le long de la côte ibérique toute aussi rapide, c’est une deuxième matinée complexe qui attend certains skippers. Cette nuit, le trafic maritime a été au cœur des débats mais l’arrivée de la dorsale et de ses vents faibles favorise un groupe de 5 solitaires, Gabart, Riou, Le Cleac’h, Stamm et Dick qui s’échappent inexorablement vers le sud, tandis qu’au Cap Finisterre les retardataires sont déjà dans une autre course. Comme à l’accoutumée, les meilleurs places sont celles de devant et cet adage se vérifie une nouvelle fois. Ce ne sont pas Gabart toujours premier, Riou, Le Cleac’h, Stamm et Dick qui diront le contraire. Avec 3 ou 4 nœuds de vitesse en plus que le gros de la flotte, qui se fait déjà rattrapé par la dorsale, les écarts devraient encore se creuser. "Le vent mollit par le nord et les premiers vont inexorablement s'échapper. Les 30 milles de ce matin se sont transformés en 60 et demain, il y en aura 100. " Nous confiait Kito de Pavant sur Groupe Bel dans son message de la nuit.

Kito De pavant teamsportvendee.fr

Si Groupe Bel continue d’évoluer à des vitesses à deux chiffres (14 nœuds), trois bateaux, toujours aux prises avec le Cap Finisterre sont déjà dans le cœur de la dorsale et vont payer encore plus cher ce retard. Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur), Zbigniew Gutowski (Energa), Alessandro di Benedetto (Team Plastique) et Bertrand de Broc (Votre nom autour du Monde avec EDM Projets) sont à plus de 145 milles du leader mais à des vitesses oscillantes entre 3,7 et 9,1 nœuds. Les prochaines heures vont être compliquées pour ces solitaires. Une dizaine de concurrents commence d’ailleurs à ralentir à l’image de Samantha Davies en 15e position qui navigue à 10 nœuds à 123,7 milles du leader.

cargo.jpg

Cargos à gogo

L’autre fait marquant de la nuit est la navigation périlleuse dans l’une des zones les plus fréquentée de l’Atlantique nord en termes de route maritime. Point de convergence du trafic marchand, cette côte nord occidentale de la péninsule Ibérique rassemble tout ce qui peut naviguer sur l’eau, du pétrolier de 350 mètres de long aux nombreux pécheurs, aux immenses portes conteneurs en passant par les bateaux de passagers et autres vraquiers. Sur cette autoroute de la mer, les 60 pieds ont leur place mais à distance. Si certains ont navigué sur une route rectiligne, d’autres marins comme Arnaud Boissières sur Akéna Vérandas, Alex Thomson sur Hugo Boss ont dû traverser ce champ de mines. Avec le système AIS qui permet de visualiser et d’être visualisé par tous, la navigation semble plus simple mais nécessite toujours la plus grande prudence.

L’avenir

Si les premiers concurrents vont encore bénéficier du flux de nord-est d’une vingtaine de nœuds, un net ralentissement va s’opérer par l’arrière avec l’arrivée d’une bulle anticyclonique au large du Portugal dès demain mardi.

Descendre le plus vite possible vers le sud est la seul échappatoire possible pour ne pas se laisser engluer et perdre des dizaines de milles au compteur.