Tour de France : Alexander Kristoff remporte la première étape à Nice, et prend le maillot jaune

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  29 Août 2020, 17:50  -  #CYCLISME, #GRANDE BOUCLE, #TOUR DE FRANCE, #TDF2020, #Alexander Kristoff

Alexander Kristoff, victorieux d’un sprint lors de la première étape, il devance l’Allemand Degenkolb (2eme ) et le Belge Naesen (3eme) © Getty images sports

Alexander Kristoff, victorieux d’un sprint lors de la première étape, il devance l’Allemand Degenkolb (2eme ) et le Belge Naesen (3eme) © Getty images sports

La première étape du Tour de France 2020 a été copieusement arrosée sur le parcours de 156 kilomètres où les trois échappés du jour n’ont jamais réellement eu d’espoir d’aller s’imposer. La pluie a surtout rendu la chaussée glissante et provoqué de nombreuses chutes, dont celles de prétendants au titre comme Miguel Angel Lopez ou Thibaut Pinot, et qui ont finalement incité l’ensemble du peloton à la prudence. Pour autant, la victoire a bien été disputée au sprint dans le final. Le Norvégien Alexander Kristoff a été à la fois le plus fin dans son timing et le plus puissant de tous, pour aller chercher la quatrième victoire de sa carrière sur le Tour de France après ses succès en 2014 à Saint Etienne et Nîmes, puis sur les Champs-Elysées en 2018. Il devient le deuxième Norvégien à endosser le Maillot Jaune après Thor Hushovd, qui l’avait porté en 2006 puis en 2011.

Chute de Bennett

Chute de Bennett

176 coureurs prennent comme prévu le départ de la première étape sur la place Masséna. Dès le passage du kilomètre zéro, un trio d’attaque se détache avec Michael Schär (CCC), Cyril Gautier (B&B Vital Concept) et Fabien Grellier (Total Direct Energie), qui obtiennent rapidement un avantage de 2’ mais sont surveillés avec attention les coureurs de Deceuninck-Step. La formation belge affiche clairement ses visées sur une arrivée au sprint, mais leur candidat du jour, Sam Bennett, est perturbé par une chute au km 37.

Un festival de glissades ©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT VIA GETTY IMAGES

Terrain glissant

À la suite de cet incident, le trio de tête obtient son avantage de 2’40’’ en passant pour la première fois sur la ligne d’arrivée (km 39). La pluie gagnant en intensité, la route devient glissante et provoque des chutes à répétition. Pavel Sivakov fait partie des plus touchés au km 50, puis Julian Alaphilippe connaît lui aussi des déboires (km 65), tandis qu’une chute plus massive dans le deuxième passage sur la Prom’ (km 87) met à terre Richie Porte, Luis Leon Sanchez, Marc Soler et Mikel Nieve. Caleb Ewan, donné comme principal favori de l’étape, se retrouve lui aussi rejeté loin derrière le peloton après une chute.

Primoz Roglic calme le tempo

Primoz Roglic de Jumbo-Visma calme le tempo

A l’avant de la course, le trio se transforme en duo avec le retrait de Fabien Grellier, mais l’aventure s’achève également pour Schär et Gautier immédiatement après le deuxième passage de la côte de Rimiez (km 98). Les coureurs de Jumbo-Visma incitent alors le reste du peloton à ralentir pour limiter les risques de chutes. Mais l’injonction ne semble pas convaincre les coureurs d’Astana, qui accélèrent à leurs dépens puisque leur leader Miguel Angel Lopez rate à son tour un virage qu’il termine en heurtant un panneau de signalisation.

 

Et Kristoff surgit

Ce nouvel incident survenu à 49 km de l’arrivée réfrène les ardeurs et permet à plusieurs sprinteurs momentanément exclus de reprendre contact avec le peloton, notamment Giacomo Nizzolo et Caleb Ewan. Le peloton progresse alors sans précipitation et s’agite à peine alors que Benoit Cosnefroy s’isole pendant une dizaine de kilomètres. L’heure est alors à la préparation du sprint, avec l’équipe Deceuninck-Quick Step essentiellement à la manœuvre dans le final. Mais dans les deux cents derniers mètres, alors que Sam Bennett semble idéalement placé, c’est Alexander Kristoff qui surgit pour aller chercher avec autorité sa quatrième étape sur le Tour de France.