ISTVAN KOPAR EN 263 jours, 58 minutes et 30 secondes de mer

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  22 Mars 2019, 15:29  -  #ISTVAN KOPAR, #GGR, #GGR2018, #GOLDEN GLOBE RACE, #Jean-Luc Van Den Heede, #LES SABLES d'OLONNE, #Mark Slats, #PAYS DE LA LOIRE, #Sir Robin Knox-Johnston, #VDH, #VENDEE, #VENDÉE GLOBE, #VOILE, #ggr2018official, #goldengloberace, #lsoagglo

ISTVAN KOPAR EN 263 jours, 58 minutes et 30 secondes de mer

ISTVAN KOPAR EN 263 jours, 58 minutes et 30 secondes de mer

On avait craint pour lui que des calmes freinent sa progression dans les derniers milles de course.

Finalement, les dieux de la course au large ont été cléments et Istvan Kopar a pu bénéficier, lors de sa dernière nuit en mer d’un régime de vents d’est qui lui a permis de progresser à bonne allure vers la ligne d’arrivée. Accueilli, comme le veut l’usage par les sablais et large public qui, malgré l’heure du déjeuner avaient tenu à être sur l’eau, il a pu manifester toute sa joie d’en avoir terminé.

Après 263 jours, 58 minutes et 30 secondes de mer, c’est sous un soleil estival que le quatrième concurrent de la Golden Globe Race a rejoint les Sables d’Olonne juste avant midi, ce jeudi 21 mars.

« I am a finisher » ! (Je suis allé au bout !) s’est exclamé l’Américano-Hongrois en accostant au ponton de Port Olona, avant de revenir sur son aventure lors de la conférence de presse.

Visiblement, l’homme a beaucoup appris sur lui-même...

Lui qui avait pu paraître plutôt réservé dans les jours qui précédaient le départ, laissait percer la bonde et n’hésitait pas à faire le pitre devant les amis venus l’accueillir. En conférence de presse, le navigateur gardait un sens de l’humour tout anglo-saxon quand un spectateur lui demandait ce qu’il lui avait manqué le plus : « l’argent… » avant de préciser son propos. Face à des concurrents de la trempe de VDH ou Mark Slats, il faut avoir le temps de se préparer, d’affiner son projet, ce que son budget ne lui permettait pas. Et d’ajouter : « en France, et spécialement ici, aux Sables d’Olonne, les navigateurs solitaires sont des héros, alors qu’aux États-Unis, on reste dans l’anonymat… ».

Sur sa course, il conclura : « après tous les pépins techniques que j’ai rencontrés, le jour où je me suis rendu compte que tout était résolu, je me suis juste dit : je me débrouille plutôt bien ! (rires) » Savoir prendre de la distance est sans doute le meilleur moyen de garder les pieds sur terre, même en mer.

Yannick Moreau, Maire des Sables d’Olonne et Président des Sables d’Olonne Agglomération :
« Je suis si content pour lui. J’ai eu la chance de rencontrer Istvan lors de son passage en Tasmanie. Il était aux prises avec de nombreuses galères techniques, il vivait à bord dans une humidité permanente. Mais même si son moral était atteint, pour rien au monde, il n’aurait voulu jeter l’éponge. Son parcours montre à quel point tous ces concurrents viennent d’accomplir un véritable exploit. Je reste frappé par la modestie avec laquelle ils racontent leur aventure, les moments de doute, les galères quotidiennes. Cette course est définitivement hors norme. Pour l’ambiance générale qu’elle génère autour d’elle, pour la qualité humaine de ses concurrents, elle mérite de voir une deuxième édition dans quatre ans.
Enfin, je n’oublie pas qu’un dernier concurrent, le Finlandais Tapio Lehtinen est toujours en course dans l’Atlantique Sud. Nous saurons, évidemment, l’accueillir comme il se doit. »

ISTVAN KOPAR 2019

ISTVAN KOPAR 2019

CLASSEMENT DES SKIPPERS (19 navigateurs au départ)

1 Jean- Luc VDH (FRA) Rustler 36 Matmut Finished 0 knots 211d 23h 12m 19s

2 Mark Slats (NED) Rustler 36 Ohpen Maverick Finished 0 knots 216d 00h 18m 30s Inc. (36h penalty)

3 Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All Finished 0 knots 254d 18h 40m 00s Inc. (72h penalty)

4 Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin 950 4.9 knots 0 263d,58m 30s 

5 Robin Knox-Johnston (GBR) Suhaili virtual race position in 1969 (9th March) 4353 2.0 knots 3403

5 Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria 4821 0.3 knots 3871

ISTVAN KOPAR 2019

ISTVAN KOPAR 2019