MARK SLATS 214 jours, 12 heures, 18 minutes et 43 secondes, derrière Jean-Luc Van Den Heede

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  1 Février 2019, 11:09  -  #Mark Slats, #Eric BRONDY, #GGR, #GGR2018, #GOLDEN GLOBE RACE, #Jean-Luc Van Den Heede, #LES SABLES d'OLONNE, #PAYS DE LA LOIRE, #VDH, #VENDEE, #VOILE, #ggr2018official, #goldengloberace, #lsoagglo, #Géant hollandais, #Sir Robin Knox-Johnston

L’ARRIVÉE DE MARK SLATSL’ARRIVÉE DE MARK SLATS

L’ARRIVÉE DE MARK SLATS

A 41 ans, Mark Slats prend la deuxième place de la Golden Globe Race 2018. 

Le skipper néerlandais a franchi la ligne d'arrivée aux Sables d'Olonne à 23h20 jeudi soir. Il boucle son tour du monde en solitaire sans escale, au sextan, ni assistance en 214 jours, 12 heures, 18 minutes et 43 secondes, derrière Jean-Luc Van Den Heede arrivé mardi matin aux Sables d’Olonne.

Comment, Mark Slats, pour réaliser son tour du monde en solitaire et à l’ancienne à t’il fait ?

" D’abord j’ai vendu ma maison pour entamer une traversée de l’Atlantique à la rame la " Talisker Transatlantic Rowing Challenge ", et par la suite avec la prime que j’ai remporté lors d’un championnat de kickboxing, j’ai achète mon bateau, un Rustler 36 le d’Ohpen Maverick  pour vivre la grande aventure. "

Un duel planétaire et du suspense !

Le Français Jean-Luc Van Den Heede a dû composer jusqu'à l'arrivée avec la ténacité du néerlandais Mark Slats, un sacré gaillard âgé de 41 ans qui a donné du fil à retordre à VDH.

Pendant sept mois et plus de 30.000 milles parcourus, Mark Slats se sera livré à une régate acharnée contre VDH, derrière lequel il aura un moment navigué avec 2000 milles de retard, alors que tous deux naviguaient vers le cap Horn, fin décembre.

Écart qui s’était réduit ensuite jusqu’à 50 milles - puis à une quasi égalité en termes de distance au but - juste avant que tous deux doublent l’archipel des Açores.

Le suspense était alors à son comble puisque Jean-Luc Van Den Heede, victime d’un chavirage avant le Horn, avait gravement abîmé son mât et ne pouvait tirer à 100 % sur son gréement. Rappelons que les deux hommes naviguaient quasiment à armes égales, à bord d’un même Rustler 36.

Malgré ses efforts, il n’aura jamais pu rattraper VDH sur lequel il n’avait pourtant cessé de réduire l’écart ces dernières semaines. L’expérience du Sablais a fait la différence.

" Tout mon temps à essayer de rattraper Jean-Luc… "

" Cette course a été merveilleuse, même s’il y a eu des moments difficiles, très difficiles " a déclaré Mark Slats sur le pont de son voilier à peine amarré. " J’ai passé tout mon temps, ou presque, à essayer de rattraper Jean-Luc. Je n’ai pas réussi, hélas. Une ou deux fois, j’ai cru que c’était possible. Mais non  il était plus fort que moi ! "

Les tempêtes :

" J’ai endurée deux tempêtes la première avant de passer le cap Horn là, je me suis vraiment demandé ce que je faisais sur ce bateau. C’était fou ! Sinon, il y a eu ces quelques jours compliqués avant l’arrivée, quand je me suis dérouté vers la Corogne pour éviter cette dernière tempête. Là encore, je me suis demandé ce que je faisais là. Je n’avais pas de réponse. Et il y a eu cette pénalité..." 

Et qu’importe si le " Géant hollandais " a écopé d’une pénalité en fin de parcours à cause d’un appel non autorisé de son manager en fin de parcours : Mark Slats monte sur le podium d’une course qui s’ajoute à la liste peu commune de ses prouesses et qui ne retire rien à l’exploit réalisé.

Un public bien présent :

Certes,  la foule était plus dense pour accueillir le vainqueur de la course dans la matinée du 29 janvier. Mais plusieurs centaines de personnes ont salué chaleureusement l’arrivée du Néerlandais Mark Slats, dans le chenal des Sables-d’Olonne.

Jean-Luc van den Heede Arnaud Boissières, Le président de l’agglomération des Sables d’Olonne Yannick Moreau, sa maman, plusieurs de ses proches, les organisateurs de la GGR, Don McIntyre (63 ans) Président de la Golden Globe Race 2018, Nathalie Bohain, Eric Brondy, Dominique Peyrrache, Mathieu Sorin pour les Sables Agglomération et les nombreux médias  faisait partie du comité d’accueil, venu pour saluer celui qui a été son principal rival de VDH pendant la course à la voile intense.

Pour mémoire, Mark Slats aura mis 97 jours de moins que le britannique Sir Robin Knox-Johnston, vainqueur de la première édition de cette course voilà cinquante ans.

Plus que 3 concurrents en course !

Sur les dix-sept concurrents au départ de cette Golden Globe Race 2018 qui avaient quitté les Sables-d’Olonne le 1er juillet dernier, il n’en reste plus que trois encore en course. Dont le Finlandais Tapio Lehtinen, et qui n’a pas encore franchi le cap Horn.

©Eric BRONDY GGR2018 / 01-02-2019

LA FAMILLE DE MARK SLATS ET LE PUBLICLA FAMILLE DE MARK SLATS ET LE PUBLIC

LA FAMILLE DE MARK SLATS ET LE PUBLIC