GGR2018, POUR QUI LA VICTOIRE ? VDH OU SLATS !

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  16 Janvier 2019, 18:28  -  #GGR, #GGR2018, #GOLDEN GLOBE RACE, #Jean-Luc Van Den Heede, #LES SABLES d'OLONNE, #PAYS DE LA LOIRE, #VDH, #VENDEE, #VOILE, #ggr2018official, #goldengloberace, #lsoagglo, #Mark Slats

Mark Slats a comblé une grande partie de son retard sur VDH. Mark Slats a comblé une grande partie de son retard sur VDH.

Mark Slats a comblé une grande partie de son retard sur VDH.

 

Jour 199 – L’avance de Van Den Heede sur Mark Slats s’est réduite de moitié en une semaine

La distance à l’arrivée maintenant réduite à 49 miles (78.85 km)
SLATS manque d’eau fraîche – utilise son dessalinisateur d’urgence depuis la semaine dernière

Avec moins de 1 700 milles de l’arrivée aux Sables d’Olonne, le Néerlandais Mark Slats, deuxième, a encore réduit de 393 milles son retard sur Jean-Luc Van Den Heede la semaine dernière. En termes de distance à parcourir, l’écart à 08h00 UTC hier était de 49 milles, Slats ayant gagné 205 milles au cours des dernières 24 heures.

Jean-Luc, dont le Rustler 36 Matmut a maintenu la première place depuis le passage du Cap de Bonne Espérance avec un avantage de 2 000 milles, a vu son avance se réduire depuis que le Français, âgé de 73 ans, a été frappé par une tempête dans l’Océan Austral du Pacifique Sud et a subi des dommages à son mât le 15 novembre dernier.

Van Den Heede bénéficie toujours d’un avantage météorologique et une fois passée l’influence du système anticyclonique des Açores, il devrait être le premier à bénéficier de forts vents qui lui faciliteront la route vers le Nord jusqu’au Golfe de Gascogne.

Mais Slats poursuit ses efforts malgré quelques problèmes personnels. Dans un appel satellite à la Direction de course, il y a une semaine, le Néerlandais a annoncé pour la première fois qu’il manquait d’eau douce et utilise maintenant son dessalinisateur d’urgence pour transformer l’eau salée en eau douce. C’est un travail difficile. Une heure de pompage à deux mains ne produit que 750 ml d’eau, à peine une tasse pleine. L’apport quotidien moyen est de 2,5 litres (15 tasses) !

AVANTAGE VDH (Jean-Luc Van Den Heede)

Mark Slats le dit lui-même :

" Je suis surpris d’être aussi près de Jean-Luc. J’espère que le vent sera favorable. Je me sens meilleur marin qu’au départ."

Le Néerlandais doit cependant composer avec une pénurie d’eau douce et utiliser son dessalinisateur.

Jean-Luc Van den Heede, pour sa part, entend bien ne pas laisser filer la victoire, même s’il doit composer avec un mât fragilisé. 

" Le bateau va bien et le mât tient le choc. Je reste vigilant. Mon objectif est d’abord d’arriver. "

Jean-Luc Van den Heede a fait le choix de contourner l’anticylone qui l’attend au niveau des Açores pour bénéficier de vents plus porteurs. Si Mark Slats veut le rattraper, il n’aurait d’autre choix que de prendre une route plus directe, mais aux conditions météo bien moins favorables pour grapiller les milles nautiques qui lui font encore défaut.

" On va voir lequel des deux à raison. "

Du côté du staff technique de VDH, on estime une arrivée possible entre le 28 et le 31 janvier, mais une estimation plus fiable doit être établie prochainement. 

Pour accueillir les deux skippers le village ouvrira ses portes sur " le chais des marins. "

AUTRE DUEL 

Le troisième de la course, Uku Randmaa, se situe bien loin de ce duel au sommet : il se trouve à 3000 miles (4800 km) de là, dans l’Atlantique Sud. Istvan Kopar se trouve à mille milles (6300 km) derrière et a accompli ces derniers jours une superbe progression. Un duel pour la troisième place semble se profiler.

Tapio Lehtinen ferme la marche, enlisé dans le Pacifique. Il espère passer le cap Horn fin janvier.