JOUR 145 : JEAN-LUC VAN DEN HEEDE À PASSÉ LE CAP HORN CE SOIR !

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  24 Novembre 2018, 00:19  -  #GGR, #GGR2018, #GOLDEN GLOBE RACE, #Jean-Luc Van Den Heede, #LES SABLES d'OLONNE, #PAYS DE LA LOIRE, #VDH, #VENDEE, #VOILE, #ggr2018official, #goldengloberace, #lsoagglo

Livetracker

Livetracker

Jean-Luc Van den Heede, navigateur Vendéen, français âgé de 73 ans et leader de la Golden Globe Race 2018 à bord de son Rustler 36 Matmut à enrouler le cap Horn ce soir, à 20 h 00 UTC.

Dix-sept marins solitaires sont partis des Sables d’Olonne le 1er juillet et 8 sont toujours en course. Ils ont déjà passé plus de 145 jours en mer et Jean-Luc a parcouru 20 000 milles, à la vitesse moyenne de 5,75 nœuds, soit 138 milles par jour. Ce chiffre est à comparer aux 4,02 nœuds de Sir Robin Knox-Johnston lors du Golden Globe originel organisé par le Sunday Times en 1968/69, lorsqu’il est devenu le premier homme à réaliser un tour du monde en solitaire sans escale. Le rival le plus proche de Van Den Heede est le Néerlandais Mark Slats qui navigue sur un autre Rustler 36 – Ohpen Maverick – à 1350 milles dans son sillage.

ETA au HORN: 20 h 00 UTC le 23 novembre (21h00 heure française)

- Météo prévue: 35/45 nœuds de vent de nord-ouest et 6 mètres de houle

- Le vent de nord-ouest tombera à 25 nœuds et la houle diminuera à 3 mètres après le passage du cap Horn

- 20 000 milles environ ont été parcourus jusqu’à présent et 7 000 restent à effectuer jusqu’à la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne

- Il est en mer depuis 145 jours, à la vitesse moyenne de 5,75 nœuds, soit 138 milles par jour.

- 1350 milles d’avance sur Mark Slats.

- Il a 86 jours d’avance sur le voilier Suhaili de Sir Robin Knox Johnston, vainqueur de la course originelle en 1968/9.

- Il a 20 jours d’avance sur le temps réalisé par le Français Bernard Moitessier jusqu’au cap Horn, sur son voilier Joshua.

Le voilier Matmut de Jean-Luc Van Den Heede a été endommagé au niveau de son gréement lorsque le bateau a enfourné et s’est fait coucher violemment il y a trois semaines. Le Français a effectué des réparations mais doit désormais ralentir chaque fois qu’il doit naviguer vent de face pour minimiser les chocs dans les vagues à cette allure. Cela va le ralentir lors de sa remontée de l’Atlantique vers l’arrivée aux Sables d’Olonne, ce qui va donner à Mark Slats l’opportunité de réduire son retard et peut-être même de prendre la tête de la course. La grande question est de savoir à quelle vitesse Slats va pouvoir remonter sur Jean-Luc ? Si le Néerlandais peut naviguer 20% plus vite, alors les deux marins pourraient se retrouver aux coudes à coudes au cours de la première ou de la deuxième semaine de février.

A suivre...