Bernaudeau : " Sortir Coquard, c'est un choix sportif " ?

par Sports Vendée "L'Actualité"  -  26 Juin 2017, 15:13  -  #NEWS, #TOUR DE FRANCE, #CYCLISME

COQUARD ' Bien sûr que je lui en veux "COQUARD ' Bien sûr que je lui en veux "

COQUARD ' Bien sûr que je lui en veux "

Le directeur sportif de l'équipe Direct Energie s'explique sur sa décision de ne pas retenir son leader habituel pour le prochain Tour de France.

Bryan Coquard a été évincé de l'équipe Direct-Energie ce lundi matin par Jean-René Bernaudeau, le patron de la formation vendéenne. Mais ce dernier se défend d'avoir sorti Coquard parce que ce dernier a annoncé son futur départ de l'équipe.

 

Pourquoi Direct-Energie se prive-t-il de Bryan Coquard, son meilleur coureur ?

Jean-René Bernaudeau . «Parce que ce n'est plus le meilleur coureur justement. Ce n'est qu'un choix sportif. En début de saison, Bryan était très fort et il était logiquement le leader de l'équipe. Mais cela fait plusieurs semaines qu'il ne fait plus rien. Sur la Route du Sud ou le Critérium du Dauphiné, il n'a même pas inquiété Arnaud Démare au sprint. Et aux championnats de France ce dimanche, il n'a même pas été capable de rester dans la roue de Démare. C'était la consigne qui lui avait été pourtant donnée. A un moment, il faut être objectif et regarder qui est bon et qui ne l'est pas. Leader, c'est comme ministre : ce n'est pas parce qu'on a le titre qu'on le reste tout le temps.

 

Ce n'est donc pas un coup de sang de votre part suite à l'annonce de son départ en fin de saison ?

Mais vous les médias, vous inventez le «coup de sang». J'ai 61 ans, je suis chef d'entreprise et vous croyez que je prends des décisions sur un «coup de sang» ? Je le répète, sortir Coquard, c'est un choix sportif.

 

Votre sponsor est-il d'accord avec cette décision ?

Evidemment. Tout cela est réfléchi et accepté par tous. Si Coquard avait, depuis deux mois, battu une seule fois Demare ou même prouvé qu'il pouvait le battre, on aurait fait un autre choix. Le Tour, c'est réservé aux meilleurs. Bryan n'en fait pas partie en ce moment. C'est tout. Arrêtez d'inventer des faux problèmes.

 

Cap sur la piste pour la fin de saison.

 

Interrogé sur son sentiment envers le manager de l'équipe Jean-René Bernaudeau, Coquard ne s'est défilé : "Bien sûr que je lui en veux. Je n'ai pas l'impression d'avoir commis une erreur depuis le début de la saison. Je n'ai rien fait de mal. J'ai tout fait pour être opérationnel depuis le début de la saison. Depuis mi-mai, quand je lui ai appris que je ne resterai pas, les choses ont commencé à changer (...) Jean-René a eu le sentiment d'être trahi car il avait l'impression d'avoir tout bien fait pour moi. Il s'est senti blessé. Mais c'est lui qui m'a forcé à donner ma réponse si tôt. J'avais une date butoir."

 

Le sprinteur s'interroge désormais sur la suite de sa saison : "Est-ce que je vais réussir à rebondir ? Je pense que oui. Mais peut-être que, là encore, je me vois trop fort. Comme ça a été le cas les jours qui ont précédé le Championnat de France. Alors que finalement j'ai craqué... J'ai décidé de revenir à mon premier amour : la piste."